mardi 7 juillet 2020

J’peux pas j’ai Cani-Rando.



Une pratique pour le moins étrange est en train de se développer dans les établissements de soins : La Cani Rando.
 
La cani-rando, c’est purement et simplement, partir en randonnée avec son chien. Précisons que le maître et son chien sont harnachés. Le chien est donc amené à tirer son maître. A l’instar du canicross, cette discipline est inspirée des entraînements d'été des chiens de traîneaux.

La Cani-rando peut se pratiquer seul ou en groupe comme toute randonnée classique. Dans un premier temps cela permet au chien de se dépenser et de l’aider à se sociabiliser, mais surtout cela renforce les relations entre un maître et son chien. Notons que dans la mesure où le chien tracte en partie son maître le parcours devient plus facile pour ce dernier.

Les caractéristiques ludiques ne sont pas absentes, mais si nous resituons la cani-rando dans un contexte de soin il est indéniable que cela apporte un certain nombre d'avantages indéniables. Déjà du fait du harnachement inter espèces, une codépendance est activée. Rappelons que pour des personnes évoluant dans le trouble autistique les contraintes relationnelles amenées par les animaux ne sont pas vécues comme des menaces potentielles ou des intrusions. A le dire simplement du fait du nouage de cette relation, le chien peut emmener la personne là où nous échouerions. Un rythme, une complicité, une communication se crée depuis le corps mis en mouvement.

Des bienfaits sont également notables pour les enfants accueillis en DITEP. Ils sont alors amenés, de part le lien, établi avec le chien, à devoir accepter le fait de dépendre de lui et à explorer une relation basée sur la coopération. Dans la mesure où même les chiens un peu dissipés peuvent pratiquer la cani-rando, tout un panel de mises en relations sont dés lors possibles. Nous savons de longue date les bénéfices découlant de la proximité des animaux, là particulièrement, se déploie quelque chose basé sur l’entente, une articulation relationnelle ayant pour finalité que le chien comme la personne sont acteurs, les deux participent au même objectif et pour cela doivent s’entendre et se faire confiance.

Aucun commentaire

© Le blog de la Mayotte
Maira Gall